15/04/2008

Les chats

Deux phrases qui m'ont fait sourire aujourd'hui :


"Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas." *


"Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin" **


476303345.jpg



*Trouvé sur le web avec la mention "Proverbe chinois".


** Alphonse Allais, Le Chat Noir

Commentaires

* Partout où il y a malignité ou raillerie, est passée l'ombre de Géo.
_________

Ce matin, justement, je me faisais la réflexion suivante en préparant mes toats: j'ai vécu 20 ans avec un chat, 14 avec un chien et 10 avec une femme. Qui suis-je censé connaître le mieux ?

Écrit par : Pierre-André Rosset | 16/04/2008

LA MEILLEURE CONNAISSANCE: Tout dépend de la femme et de l'idée que l'on s'en fait !

Deux voisins de bar discutent:

- ....
- Je dois dire que ma femme est un ange...
- Toi, t'as d'la chance! La mienne, elle vit encore!

Écrit par : Père Siffleur | 16/04/2008

Voilà bien la vision d'un idéaliste objectif post-kantien.
Je ne sais pas si le γεωγράφος va apprécier: attendez-vous au pire....

Écrit par : Pierre-André Rosset | 16/04/2008

C'est en lisant "Le Motif sur le tapis" de James ou "De l'amour" de Stendhal qu'on finit par ranger l'idéalisme et les idées à la cave, dans un placard où dans n'importe quel depôt d'objets non recyclables. J'ai eu la chance de lire les deux textes il y a neuf ans, mais pas le bonheur de les découvrir un peu plus tôt. Mais peut-être c'est mieux comme ça. Avant, je ne les aurais probablement pas compris de la même manière.

Écrit par : Inma | 16/04/2008

O micron, PAR, O micron. Et pas graphos, logos. Pour ma part. c'est 6 + 6 + 2 + 13 avec des dames, 2-3 ans avec un chien qui à sa mort a eu droit à des obsèques quasi nationales à Genève sur ce bateau à quai, 2-3 ans avec un chat, le plus beau des chats, mais qui malheureusement sortait toutes les nuits se castagner par plus fort que lui, ce qui fait qu'il ressemblait à la fin à un rescapé de 14-18.
J'ai réussi à me débarrasser sans dommage - sans trop de dommages, disons - des femmes, dieu est grand, le chat s'est fait castrer - sincèrement, la meilleure solution pour lui - et le chien est mort, paix à son âme. Si je trouve le commutateur ON-OFF de l'humanité, je ne manquerais pas de le basculer, pour vous épargner la fin horrible vers laquelle nous nous dirigeons inexorablement.
Bonne soirée.

Écrit par : Géo | 16/04/2008

C'est-à-dire γεωλόγος, n'est-ce-pas?

Écrit par : Inma | 16/04/2008

Personnellement j'aime beaucoup les chats, et j'en aurais chez moi si je n'habitais pas au premier étage, car les félins ont besoin de sortir quand bon leur semble et là, c'est impossible. Et aussi, il faudrait qu'il soit accepté par le lapin, ce qui n'est pas sûr. De toutes façons, dans ce quartier il y a déjà pas mal de sympathiques félidés qui ronronnent quand on s'approche d'eux.

Écrit par : Inma Abbet | 16/04/2008

Qué Omicron ? C'est tiré tout droit du dictionnaire grec en ligne.
Et un Géo qui écrit ne pense pas: donc il est graphos et non logos.

Cela dit, personne ne répond à mon interrogation métaphysique. Mais personne, et c'est un grand bonheur, ne s'est non plus permis de faire des interprétations des chiffres que j'ai donnés; il ne devait pas y avoir de Droitsdelhommiste dans le public. "On" aurait en effet pu dire qu'avec moi, la durée de vie d'une femme est la moitié de celle d'un chat à cause des conditions ignobles que je lui fais subir (n'est pas Tibétain qui veut). Ou alors, que je suis tellement misanthrope, que je passe deux fois plus de temps avec les animaux qu'avec les humains. Vous commencez à piger comment ça marche dans les médias ?

La seule bonne réponse, c'est le chien: après 6 mois, vous connaîtrez tout de lui et il vous restera fidèle jusqu'à la mort (la sienne). Tandis qu'avec le chat, vos vies resteront à jamais parallèles; ce qui n'empêchera jamais que vous puissiez recevoir un coup de griffe au moment le plus inatendu. La femme est tout de même un peu plus sociable, mais tout aussi imprévue (certains, dont Géo, vont même jusqu'à prétendre qu'on ne peut pas vraiment l'apprivoiser sans la dompter).

Autre sujet, vous comprendrez aussi pourquoi je souhaite aller m'établir en Chine: quand Géo va cliquer sur le shut down de sa moitié de planète, moi je serai de l'autre côté. Et même s'il y a déjà beaucoup de monde, je pourrai enfin la repeupler à ma façon.

Bon. Inma, c'est à votre tour.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 17/04/2008

J'aurais dit le chat, car votre discours contient un intéressant paradoxe. Il s'agit de connaître le mieux un être, et après vingt ans (une espérance de vie respectable pour un petit félin), vous parvenez à décrire exactement le côté chaotique de son comportement, vos vies parallèles, à vous souvenir de ses pattes de velours avec une douloureuse acuité. Donc toujours inconnu mais doté d'une silhouette parfaitement délimitée dans l'espace et le temps. Le chien, on le connaît tout de suite, certes, mais après? Quant à la femme, en dépit des Droitshumanistes, elle devrait se situer du côté du chat, et alors dix ans de plus ou de moins ne comptent pas, il y a toujours des énigmes qu'on ne veut pas, ou qu'on n'a pas eu le temps de résoudre. On peut aussi essayer d'apprivoiser des hommes, mais c'est une démarche vouée à l'échec et les femmes intelligentes préfèrent se conduire à la façon des chats, cela maintient l'amour en veille et épargne à tout le monde quelques disputes désagréables.
Je resterai plutôt en Suisse, j'aime bien le climat (enfin, parfois)

Écrit par : Inma Abbet | 17/04/2008

Le climat, oui: par rapport aux Pays-Bas, c'est la Côte d'Azur ici. Mais les habitants, Inma, les habitants !!!
Voyez un peu dans quel état d'esprit se trouve Géo maintenant: il veut faire exploser la planète et nous avec (qui avons tant fait pour lui). Alors qu'à l'époque où il habitait dans le Sahara, il publiait des poèmes lyriques sur ce site.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 17/04/2008

Il faudrait qu'il retourne faire un tour en Afrique. Vue de là-bas, l'Europe doit ressembler à un poulailler particulièrement bruyant. Dans la nuit et le silence du désert, l'inspiration lui reviendra peut-être. Je parviens à entendre ma propre voix quand les autres bruits se taisent et entendre ma pensée aussi. Mais comme je n'y suis jamais allée, il se peut que le désert ne soit pas très calme et que j'imagine ces choses-là d'après les écrivains. Enfin, ça dépend d'où on va. Il y a en Suisse des hommes charmants, j'en ai épousé un, d'ailleurs, qui réussit parfois à me décrocher du clavier pour aller prendre le thé ou dîner en ville.

Écrit par : Inma Abbet | 17/04/2008

Aussi, il faut revisiter le moins possible les lieux qui peuvent déclencher deux sentiments très dangereux : la mélancolie et la nostalgie. S'il est revenu dans l'endroit où il a passé son enfance, cela ne m'étonne guère qu'il soit d'humeur noire. Soit parce qu'avant c'était mieux et on regrette, soit parce qu'avant c'était pire et on regrette aussi, mais c'est un regret d'un autre ordre, celui d'avoir raté quelque chose en n'ayant pas été ailleurs.

Écrit par : Inma Abbet | 17/04/2008

Entièrement d'accord avec vous: la nostalgie est l'antichambre de la mélancolie. C'est pour ça que je cherche à égarer mon désespoir dans les tâches ménagères.

Quant à Géo, il participe à la Patrouille des Glaciers pour s'étourdir dans l'effort physque. Le seul hic, c'est qu'il n'a plus vingt ans et que son sens de l'orientation s'est émoussé. L'an dernier, nous l'avons récupéré à Aoste; il a dit qu'avec toutes ces vallées pareilles les unes aux autres, l'erreur est légitime, du moins inévitable sinon provoquée. Certainement un signe que les espaces infinis lui manquent. Cette année, Edipresse a mis un hélicoptère à notre disposition et Gilbert Salem s'est proposé pour le rôle du Saint-Bernard.

Il y a des déserts de sable et des déserts minéraux (Géo dira que c'est la même chose; pas un poète). Entre la Californie et le Nevada, il y a des roches au profil tourmenté, à la couleur hésitant entre le rose fané et le saumon fumé. N'y vivent que des insectes et des reptiles. En Afrique subsaharienne, le sable est visqueux comme la crème entière de la Gruyère et la roue arrière de la moto peut exécuter les même dérapages que l'on fait à ski en déplaçant les fesses sur la gauche ou sur la droite. Entre la Jordanie et l'Arabie Séoudite, se trouve un désert parsemé de monticules rocheux entre lesquels coule un fleuve de sable comme un fluide lourd. Mais on y entend les cris mystérieux d'oiseaux invisibles et d'étranges tulipes poussent dans les coins ombragés.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 18/04/2008

Au cas où vous ne seriez pas capable de vous relire, une chose est sûre : je ne suis pas le seul à péter les plombs.
Dites, blague à part, vous avez lu l'édito de Laurent Busslinger dans le 24 heures d'aujourd'hui ?
La famille Lamunière prépare un coup d'état en Suisse, ou quoi ?
Nous on pète les plombs au 3ème degré, mais Laurent Busslinger, il parle sérieusement ? Il touche un salaire pour écrire ça...

Écrit par : Géo | 18/04/2008

Mais qu'est-ce qui se passe encore ? Vous débarquez avec fracas en ce lieu où règnent luxe, calme et volupté. D'abord, je ne lis que la presse américaine, ensuite, je n'ai pas eu de contact avec un membre de la famille L. depuis 1972. Que faut-il vous dire de plus....

Famille Lamunière / Vaud, Medias / 300 a 400 millions
La famille Lamunière est l'actionnaire majoritaire d'Edipresse qui emploie 3500 personnes dans le monde. Le groupe détient un portefeuille de plus de 180 titres et sites Web repartis dans 17 pays: Suisse, Espagne, Portugal, France, Pologne, Ukraine, Russie, Roumanie, Chine (à Hongkong), Macao, Singapour, Philippines, Malaisie et Thaïlande. En Suisse, l'activité de l'éditeur de Bilan, notamment, a été marquée par le succès du Matin Bleu, le quotidien gratuit du groupe, dont l'audience dépasse celle de son concurrent, 20 Minutes. Pierre Lamunière, président du groupe Edipresse, a été nommé cette année président du conseil d'administration de la Fédération internationale de la presse periodique (FIPP). La famille Lamunière s'est par ailleurs constitué au fil des années un portefeuille immobilier à Genève et a Lausanne, entre autres, et contrôle les Editions de livres Payot & Rivages à Paris. (Source: Bilan).

Écrit par : Pierre-André Rosset | 18/04/2008

Mais c'est vrai qu'il doit y avoir anguille sous roche, car ils ont liquidé plusieurs sociétés inactives ou presque à la fin de l'année dernière (Source: RC).

Écrit par : Pierre-André Rosset | 18/04/2008

@Géo : Un article de ce genre n'est rien d'autre qu'un marronnier typique des saisons mortes et sans votations à court terme. Le fond du problème, non seulement en ce qui concerne le journalisme mais aussî la publicité, c'est à mon avis qu'aucun effort n'est ménagé dans la complaisance envers une partie déterminée de la population, celle qui a vécu dans l'ombre du nihilisme soixante-huitard et qui, comme par hasard, est celle qui possède le plus grand pouvoir d'achat. En fait, il y a aussi une autre cible, les enfants de ceux qui ont ce pouvoir d'achat, ce qui explique le jeunisme. Il suffit de regarder la presse féminine. On utilise l'image de la jeunesse pour vendre des crèmes hors de prix à des femmes d'un certain âge, les répères temporels sont ainsi agréablement brouillés. On ne paie pas pour être informé, mais flatté.

Écrit par : Inma Abbet | 18/04/2008

Mais c'est tout de même à tomber par terre qu'un jeune journaliste du périodique le mieux vendu sur Vaud se permette à ce point de donner de véritables directives pour évincer l'UDC (parti pour lequel je n'ai jamais voté et voterai jamais; cela ne m'empêche pas de me considérer encore en régime démocratique, ce que visiblement la famille Lamunière ne respecte pas.

Écrit par : Géo | 19/04/2008

Autre exemple, si vous voulez : p.5 du 24 heures de samedi-dimanche 19-20/4 .
Titre : l'extrémisme de droite reste virulent en Suisse, en gras.
Si vous lisez l'article, vous lirez en sous-titre que les deux pôles extrémistes comptent près de 2000 sympathisants.
Ce qui contredit le titre, non ?
Et si vous continuez à lire, vous verrez que le noyau dur des extrémistes de droite compte environ 1200 personnes... contre 2000 personnes pour l'extrême gauche, ce qui contredit le sous-titre. Ou bien ?
A mon avis, il est difficile d'imaginer plus malhonnête que cela. Et je n'ai aucune sympathie pour l'un ou l'autre côté. mais je pense que les guignols dans leur bateau gonflable au large de la parairie du Grütli sont nettement moins dangereux que le black block (même si en fait, ils sont vraiment difficilement distinguables dans leurs nuances de noir...)
24 Heures : plus personne aux commandes...

Écrit par : Géo | 19/04/2008

Et pourtant vous continuez à regarder le journal de la TSR qui est encore plus débilitant. Les Chinois s'en prennent à CNN, qui est pourtant un exemple d'honnêteté par rapport aux télés francophones. S'ils savaient ce qui se passe ici... Ils ont maintenant les moyens d'acheter la Suisse et de mettre tout le monde à la porte.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 22/04/2008

Inma, c'est prodigieux ! J'ai trouvé le moyen de gagner de la place.

Sur un CD de 700 MB, j'ai pu enregistrer les copies d'originaux d'époque (en provenance de Gallica) de 4 livres d'Alexis de Tocqueville, 5 de Benjamin Constant, 4 de François-René de Chateaubriand et 28 de Louis Abel Beffroy de Reigny. Et il reste encore de la place sur le disque pour en mettre autant.

Vous me direz qu'il manque le charme de la reliure originale, mais on ne peut pas tout avoir (d'autant plus que j'ai vu un des livres du dernier nommé, datant de 1793, en vente pour 3000 €).

Écrit par : Pierre-André Rosset | 23/04/2008

C'est curieux, je pensais presque la même chose en comparant différentes clés USB cette après-midi, une bibliothèque de la taille d'un carambar ou à peu près.

Écrit par : Inma Abbet | 23/04/2008

Tocqueville ou Chateaubriand à partir d'une clé USB et lire leurs textes sur un écran ne doit pas apporter le même plaisir que le papier, même si ce papier est celui qui constitue un livre de poche!... Et imprimer le tout sur papier avec son imprimante doit faire exploser le prix total des cartouches qui doit avoisiner celui de 3000 € !

C'est probablement la nostalgie d'un vieux ringard qui s'exprime ci-dessus.

Écrit par : Père Siffleur | 23/04/2008

Puisque ici on parle de chats et ailleurs de Baudelaire je profite pour vous faire rélire:

Les chats (dans Les fleurs du mal)

Les amoureux fervents et les savants austères
aiment également, dans leur mûre saison
Les chats puissants et doux, orgeuil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires

Amis de la science et de la volupté
Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres:
L'Erébe les êut pris pour ses coursiers funébres,
S'ils pouvient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin;

Leurs reins féconds sont plein d'ètincelles magiques
Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Écrit par : Calu Schwab | 24/04/2008

Merci, et pour continuer avec Baudelaire :

LE CHAT
I
Dans ma cervelle se promène
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant,
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Cette voix, qui perle et qui filtre
Dans mon fond le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a pas besoin de mots.

Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon cœur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux.

II

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire;
Peut-être est-il fée, est-il dieu?

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement,
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Écrit par : Inma Abbet | 24/04/2008

En Chine on trouve encore des chats, car ce ne sont pas des spécialités gastronomiques dans toutes les provinces.

Chat se dit 猫, qui devrait se prononcer "mao"; mais là, attention où vous porterez l'accent tonique, car on pourrait comprendre: figure, roseau, chapeau, tortue, plume, laine, ancre, etc, sans compter que l'on pourrait encore vous accuser d'attenter à l'image du défunt Grand Timonier (毛主席).

Écrit par : P.A.R. | 17/09/2008

Les commentaires sont fermés.