09/07/2008

Langues étrangères

Que veut dire exactement être bilingue ? La Suisse possède quatre langues officielles. Les polyglottes nous entourent et il devient de plus en plus important, dans les études ou le travail, de maîtriser une ou plusieurs langues étrangères. Pour moi, ces données apparemment quantifiables qu’on voit apparaître dans un cv sont difficilement conciliables avec une expérience que j’ai démarrée un été, il y a un peu plus d’une quinzaine d’années, après la lecture des Mémoires d’Hadrien, de Yourcenar, dans la très belle traduction espagnole de Julio Cortázar. Ce que j’ai découvert à cette époque, c’est qu’il existe des textes capables de faire oublier les chagrins de l’adolescence, de rendre définitivement dérisoires les conversations insipides, de reconnaître la rigueur et la grâce d’un certain style. Je ne savais pas que des fragments de prose pouvaient être aussi rafraîchissants. Dès lors, ma décision était prise : j’apprendrais le français, ne serait-ce que pour lire le texte d’origine. C’était une bonne idée sur le moment, qui améliora probablement mes résultats scolaires, mais dont je n’aurais jamais pu imaginer les lointaines conséquences, car, quoi que l’on dise, les passions ne sont pas toujours éphémères. Après Yourcenar, je n’ai pas hésité à lire toute l’œuvre de Pascal, de Stendhal, de Flaubert, de Proust… en français, bien entendu. Je n’étais pas autant fascinée par les histoires que par un certain rythme, déjà perceptible dans la poésie de la fin du Moyen Age et qui s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui. L’amour du français est resté pour moi une constante, même si, entre temps j’ai appris d’autres langues, comme l’allemand et l’anglais, dont les structures et l’évolution au fil des âges sont tout aussi intéressantes que celles du français, sinon plus. Mais le français reste ma langue de cœur et de pensée, la langue dans laquelle je réfléchis, dans laquelle j’écris, dans laquelle je rêve. Pour moi, le français n’est pas une langue étrangère, mais ma première langue, au même titre que l'espagnol, et ce n’est pas une question de goût ou de volonté. C’est devenu un réflexe. Involontaire, acquis et accepté. Le bilinguisme n’est pas seulement la connaissance de la grammaire et du vocabulaire de deux langues, mais aussi la reconnaissance de codes culturels et leur acceptation. Parfois, les deux langues sont utilisées dans des contextes distincts, dans le travail et dans la vie privée, par exemple. Avoir deux langues premières parfaitement cloisonnées peut se révéler une étrange aventure au quotidien.
Lorsque j’ai cherché des informations sur le bilinguisme, j’ai appris qu’il est actuellement plus que jamais un sujet à la mode. Certains ont suggéré une influence bénéfique sur le cerveau, ou affirmé que les capacités d’apprentissage chez les enfants bilingues seraient plus développées(1). Le bilinguisme est dans tous le cas, chez ceux qui le vivent, un drôle de mélange d’éléments intellectuels et affectifs qui mérite d’être étudié.



(1) http://eideneurolearningblog.blogspot.com/2006/01/bilingu...

Commentaires

Le bilinguisme c'est bien, le trilinguisme? c'est aussi bien et fascinant. J'ai un fils de 27 mois, qui comprend et s'exprime en trois langues, français, norvégien et polonais. Quel ne fut mon étonnement de voir qu'à moins de deux ans, il faisait la différence entre les trois langues, en fonction de quelle personne à qui il parlait. Sans grammaire et autres outils littéraires, seuls des livres d'images. Seulement trois adultes conséquents qui ne lui parlent qu'une langues à la fois. Nous verrons quelle aventure il vivra, et dans quelle langue ses émotions sortiront.

Écrit par : Cecdunord | 09/07/2008

Bonjou Cecdunord, et merci de votre commentaire. En effet la question de l'apprentissage de plusieurs langues simultanément se posera de plus en plus à l'avenir, et l'école, mais aussi les familles, seront confrontées à des choix pédagogiques divers. Le cloisonnement que vous suggérez me semble intéressant, c'est-à-dire, le changement de langue en fonction du locuteur, parce qu'il évite les confusions (non pas dans votre cas, où les langues ne se ressemblent nullement entre elles)mais dans les cas de langues proches dans leurs étymologies, comme entre le français et l'espagnol. Il y a aussi des écoles bilingues, qui proposent une grande partie de l'enseignement dans la langue qu'on veut faire acquérier aux élèves. En espagne, les lycées français, allemand, anglais, ont beaucoup de succès, et leurs élèves terminent leur scolarité obligatoire en maîtrisant au moins deux langues.

Écrit par : Inma Abbet | 09/07/2008

Le multilinguisme apporte énormèment à l'intelligence (à la faculté de faire des liens entre les choses) parce que cela vous donne la possibilité de comprendre les concepts à partir de divers points de vue. Les "faux amis" sont de vrais amis, cela vous permet de remettre en question ce que vous pensiez coulé dans le béton.
Le latin et le grec devraient être obligatoires dès la 1ère primaire...

Écrit par : Géo | 09/07/2008

Oui, par exemple, si vous prenez le verbe contester, vous avez un faux ami en espagnol, car contestar veut dire répondre, ainsi qu'en anglais où contest désigne une compétition ou un concours. Tous ces mots ont en commun la notion d'échange.

Écrit par : Inma Abbet | 09/07/2008

A quand un répertoire ou un dictionnaire de ces soi-disants "faux amis" qui nous apportent tant, ou une cartographie de l'influence du latin en Europe avec les évolutions du sens...
Atrelado - Trailor - remorque ???

Écrit par : Géo | 10/07/2008

Dites, Inma, vous avez remarqué que ce maudit Rabbit a réussi à ne pas intervenir depuis qu'il l'avait annoncé (sous son avatar PAR...).
Je ne peux pas croire que cela soit un effet de sa volonté (il a toujours craqué assez rapidement). J'ai bien peur qu'il se soit baladé dans le Si-Chuan au mauvais moment...

Écrit par : Géo | 10/07/2008

Dans les années 60-70, certaines théories prétendaient qu'éduquer un enfant en plusieurs posait un risque fort de confusion AU CAS OU l'enfant n'avait de fortes prédispositions naturelles aux langues. C'est ainsi que ma mère ne m'a jamais appris le hollandais, sa langue maternelle. C'est ainsi également que tout ce pan de ma culture et de ma famille m'est resté complètement incompréhensible durant une vingtaine d'années, jusqu'au jour où j'ai décidé d'y remédier. Aujourd'hui, je crois que le bon sens a repris le dessus et qu'il est généralement accepté que plus un enfant est exposé à plusieurs langues, plus son cerveau s'habituera et se développera au contact de ces variétés. Maintenant que j'ai un enfant avec une femme serbophone, avec laquelle il m'arrive encore très souvent de parler anglais, et auquel je ne parle que le français, je prie pour que ses dispositions naturelles soient très flexibles...

Écrit par : david laufer | 10/07/2008

Tout a fait vrai, cela venait, il me semble, d'études faites au Canada sur des populations certes multilingues, mais très peu éduquées. On constatait que les enfants bilingues n'avaient pas de très bons résultats scolaires, mais les résultats étaient faussés d'avance. C'est quelque chose que j'ai pu remarquer aussi chez ceux qui ont grandi entre deux langues apprises à l'école, plus un dialecte transmis de manière uniquement orale à la maison. Pour que les langues soient apprises, il faut qu'elles soient parlées, mais aussi écrites, et dans ces contextes, il semble un peu plus difficile, mais encore une fois, cela dépend en grande mesure de l'environnement culturel de l'enfant, du fait qu'il ait des livres à la maison, de l'usage correcte ou non qu'on fait du langage en famille... Et aussi de la langue que les parents parlent entre eux. Avec mon mari, Valaisan et francophone, on parle toujours français. A l'avenir, ce sera la langue familiale quand nous aurons des enfants, même si je voudrai aussi leur apprendre l'espagnol, ma langue maternelle, et que les écoles proposent l'anglais et l'allemand comme première langue... Oui, je crois aussi que les dispositions naturelles sont plus que jamais nécessaires.

Écrit par : Inma Abbet | 10/07/2008

@Géo, il me semble que cela existe, il y a des dictionnaires de faux amis et des glossaires sur le net. Je vais essayer de trouver les bonnes adresses dans mon prochain billet. Quant à Monsieur Rabbit... Il a peut-être décidé de se rendre en Chine un mois avant les jeux olympiques, allez savoir pourquoi, ou se trouve dans l'hémisphère sud, où dans cette saison le climat doit être plus agréable. En tout cas nos spéculations l'aideront à sortir de derrière le miroir? Rien de moins sûr. Mais je suis d'accord avec vous, cela fait trop longtemps, pour une simple bouderie.

Écrit par : Inma Abbet | 10/07/2008

Le bilinguisme qui est le fait de posséder deux langues est beaucoup plus difficile que de n'en possédé qu'une seule, même si cette dernière est bifide!

Écrit par : Père Siffleur | 12/07/2008

...Et parmi les langues à apprendre, il y aussi les mauvaises langues et la langue au chat. Cette dernière est une forme de communication caractérisée par un mutisme quasi absolu.

Écrit par : Inma Abbet | 12/07/2008

"Le bilinguisme qui est le fait de posséder deux langues est beaucoup plus difficile que de n'en possédé qu'une seule, même si cette dernière est bifide!"

Partant du principe que vous êtes univoque, monocorde, unilingue et mononeuronal, vous êtes pourtant la preuve vivante qu'il n'est pas si évident que cela d'avoir la langue fourchue. Surtout quand on abuse du 12 ans d'âge et qu'on en voit quatre...

Écrit par : Géo | 13/07/2008

Merci à Géo (ou géotrupe) d'apporter la preuve que lui au moins, il a bel et bien une langue bifide.

Écrit par : Père Siffleur | 15/07/2008

J'aimerais bien, j'aimerais bien...
Sauf erreur, cette langue bifide est un capteur de phénomènes extérieurs. L'animal qui possède le plus de capteurs, celui qui vous sent, vous "voit" alors que vous ne le voyez jamais, c'est le requin. Il serait semble-t-il capable de percevoir l'électricité commandant les muscles d'un poisson à 500 m.
Cela doit vous fasciner, vous qui ne voyez jamais rien ?

Écrit par : Géo | 15/07/2008

Phénomènes ou phéromones ?

Écrit par : Serpifleur | 23/09/2008

Les commentaires sont fermés.